Retour

Financer la transmission et le rachat d'entreprise grâce à un crédit professionnel

Financer la transmission et le rachat d’entreprise grâce à un crédit professionnel. Un courtier en prêt peut être d’une grande aide pour obtenir un financement.

La reprise d’une activité, qu’il s’agisse d’un fonds de commerce ou d’un droit au bail, peut se financer en partie avec un prêt professionnel, notamment avec l’aide de votre courtier à Rennes.

Comment peut-on financer la reprise d’une activité ?

Plusieurs sources de financement sont généralement utilisées pour la reprise d’une activité comme un apport personnel, un crédit vendeur ou un crédit professionnel. 

Les établissements bancaires demandent un apport personnel correspondant à au moins 30% du montant à financer, d’une part pour couvrir leur risque, et d’autre part comme preuve de l’implication forte du repreneur dans la reprise.

Quels sont les critères que la banque va prendre en compte ?

Il y a trois points fondamentaux que la banque va regarder de près lors de la demande de financement pour le rachat d’une entreprise :
•    Le profil du repreneur,
•    L’état des lieux complet de l’entreprise,
•    Le business plan de la reprise.

1.    Le profil du repreneur

La banque ne prend pas le risque uniquement sur l’activité. En effet, la capacité du repreneur à diriger l’entreprise est primordiale. Une activité florissante peut se réduire rapidement à une peau de chagrin si le repreneur n’est pas à la hauteur pour gérer l’activité et animer les équipes. 
Ce point est fondamental pour le prêteur et des gages devront lui être donnés sous forme d’expérience professionnelle voire de témoignages d’anciens collègues ou supérieurs hiérarchiques.

2.    L’état des lieux complet de l’entreprise

Pour que la reprise d’une activité se passe au mieux et pour être certain de payer le juste prix, un diagnostic complet de l’entreprise doit être réalisé. La banque, elle aussi, veut savoir s’il existe des problèmes cachés et si le prix à payer correspond à la valeur réelle de l’entreprise.

Ainsi, un expert-comptable pourra analyser les comptes, déceler d’éventuels problèmes et établir en croisant différentes méthodes la valeur réelle de l’entreprise.

3.    Le business plan de la reprise

Le business plan permet au repreneur d’évaluer les flux financiers à venir et le besoin de fond de roulement nécessaire à la continuation, voire au développement de l’activité.

Concernant la banque, celle-ci cernera mieux la philosophie du repreneur et la façon dont il compte gérer l’entreprise. Cela lui permettra de mesurer son risque en fonction du plan de développement envisagé par le repreneur qui peut soit vouloir continuer l’activité en la développant raisonnablement, soit apporter immédiatement de nouveaux développements et ouvrir de nouvelles perspectives. Tout devra être justifié et étayé de façon concrète.

Les avantages de passer par un courtier

Même si le risque semble moins élevé lors d’un rachat d’entreprise que lors d’une création d’activité ex-nihilo, les établissements bancaires vont être, comme nous l’avons développé ci-dessus, très attentifs au dossier du repreneur.

L’expérience du secteur bancaire et la connaissance des attentes des banquiers du courtier en financement est un plus, permet de gagner du temps et surtout d’éviter de commettre des impairs qui peuvent être parfois rédhibitoires.