Retour

Les raisons de la variation du taux d'intérêt en fonction de la durée du prêt

Les raisons de la variation du taux d’intérêt en fonction de la durée du prêt. Le taux d’intérêt croît avec la durée pour couvrir le risque de la banque.

Pour financer l'achat de nouveaux locaux pour votre entreprise, vous envisagez d’avoir recours à un courtier en crédit professionnel à Rennes. En y regardant de plus près, vous avez constaté que le taux d’intérêt croissait avec la durée. Explications.

Comment fonctionne le crédit immobilier ?

Les prêts bancaires ont un rôle économique fondamental. En effet, ils permettent d’injecter de l’argent « frais » dans la masse monétaire française. Le rôle de la création monétaire a été dévolu aux banques privées par l’État et celles-ci ont ainsi le droit de créer de l’argent par un jeu d’écriture pour créditer votre compte de la somme désirée notamment dans le cas d’un achat immobilier.

Cette création monétaire a des limites, notamment celle du capital social de la banque. Elles peuvent ainsi traditionnellement créer de l’argent frais dans la limite de neuf fois leur capital social. Dans certains cas particuliers, les banques peuvent créer beaucoup plus que neuf fois leur capital social, cela peut aller jusqu’à quarante fois, généralement en fonction des risques associés.

La banque réalise deux écritures comptables, une qui crédite la somme empruntée sur le compte du client pour acheter le bien immobilier et une autre qui débite un compte chez eux du même montant selon les principes de la comptabilité à partie double. C’est le mécanisme de la création monétaire.

Les échéances de crédit contiennent le remboursement du principal et les intérêts payés à la banque pour rémunérer la gestion du prêt et son risque. À chaque remboursement, le montant du principal est crédité sur le compte comptable de la banque qui avait été débité au moment de la création monétaire et la dette de l’emprunteur diminue de facto. 

Ainsi, à chaque remboursement, l’argent qui avait été créé à l’occasion de la demande de prêt disparaît en partie et n’existera plus lorsque toutes les échéances auront été payées. L’argent est donc « détruit » et le remboursement diminue la masse monétaire du pays. 

On comprend qu’à terme, si d’autres prêts ne sont pas créés, l’économie n’aura plus assez de liquidités pour fonctionner et il y aura une crise économique car l’argent créé de façon « électronique » représente 90 % de la masse monétaire en circulation.
Les intérêts qui sont payés à la banque à chaque remboursement pour compenser la gestion du prêt et le risque sont déterminés par la banque elle-même selon plusieurs critères stricts et encadrés par la loi bancaire. Les critères les plus importants sont le taux de base bancaire et le taux d’usure (qui ne doit pas être dépassé) ainsi que l’évaluation du risque de défaillance du client.

Même si cela peut paraître « étrange », ce mécanisme est indispensable pour assurer le fonctionnement et le développement économique du pays. Il peut être soit réalisé par l’État dans le cas de l’existence d’une banque centrale, soit par des banques privées lorsque l’État a transféré son pouvoir de création monétaire. Les intérêts sont alors payés directement aux banques privées.

La durée de votre emprunt fait varier le taux d’intérêt immobilier

Le taux d’intérêt est proportionnellement plus élevé pour les crédits immobiliers de longue durée.
Comme nous l’avons vu, le taux d’intérêt rémunère la banque pour la gestion du dossier et couvre son risque en cas de défaillance de l’emprunteur.

En effet, le montant de prêt total que la banque peut accorder à une limite comme nous l’avons vu précédemment. La banque voit donc sa capacité de création monétaire obérée pour une longue période avec un risque accru. En cas de défaillance de l’emprunteur, le compte de la banque reste débiteur et cela bloque sa capacité de création monétaire avec à terme un risque de pertes financières.