Retour

Tout savoir sur le prêt professionnel

Dans quels cas recourir à un prêt professionnel ? Le courtier en prêt professionnel est un intermédiaire qui facilite l’obtention d’un prêt à un entrepreneur.

Le prêt professionnel est un financement sollicité par un entrepreneur auprès d’un organisme de crédit. Pour ce faire, votre courtier professionnel à Rennes pourra vous conseiller efficacement et vous accompagner dans votre recherche de financement professionnel sur Rennes et sa région.

Les phases de la vie de l’entreprise qui nécessitent le recours à un financement externe

Le prêt professionnel intervient généralement au cours d’un des trois moments clés de la vie d’une entreprise : 

  • la création d’une l’entreprise,
  • la reprise d’une entreprise,
  • le développement et les investissements

La question que se pose généralement un entrepreneur est de savoir quel est le prêt professionnel le mieux adapté à la situation de son entreprise et comment l’obtenir rapidement sans risquer un refus.

En réalité, la meilleure façon pour une entreprise de réussir sa demande de prêt est de constituer un dossier complet et étayé. 
Comme nous l’avons indiqué précédemment, il y a trois moments privilégiés durant lesquels l’entreprise nécessite le recours à un financement

1. La création de société

L’entreprise n’existe pas encore et il faut pour autant présenter un dossier de financement qui sera susceptible d’intéresser les banques. Dans ce cas, il est nécessaire de préparer un business plan avec une étude de gestion prévisionnelle sur trois voire cinq ans qui soit solide et étayée. 

Il faut également prévoir un apport personnel conséquent de l’ordre a minima de 20 % à 30 % du montant de l’emprunt envisagé.

2. La reprise d’activité

La reprise d’une entreprise existante rassure les banques. Cette fois, l’incertitude réside dans la capacité du repreneur à bien gérer l’entreprise dans le futur ainsi que sur la pérennité du marché sur lequel se trouve celle-ci.

La reprise d’une activité permet de bénéficier d’un outil de production complet et opérationnel comprenant des équipements techniques et administratifs, des salariés et une clientèle mais également l’image de l’entreprise. 

Même si cela peut sembler plus simple que la création d’entreprise, pour autant le dossier de reprise devra être étayé de la même façon et contenir un business plan et une étude de gestion prévisionnelle bien ficelée.

3.    Le développement et les investissements

Il est également très fréquent de faire appel à un prêt professionnel dans le cadre du développement de l’entreprise et des investissements. Investir avec les fonds propres de l’entreprise n’est pas conseillé, ne serait-ce que pour maximiser la rentabilité financière. Il est donc préférable d’emprunter et de placer les fonds disponibles sur un compte rémunéré par exemple.

Dans le cadre du développement, les prêts professionnels vont servir deux grands axes :

  • haut de bilan (actif) : les acquisitions de biens corporels : locaux, matériels et outillages...
  • bas de bilan (actif) : la trésorerie.

Être conseillé sur le crédit professionnel avec les experts AGEF

Les différents types de financement d’entreprise

Il existe 4 principaux types de financement d’une entreprise :

  • prêt professionnel,
  • leasing ou crédit-bail,
  • affacturage ou factoring,
  • apport en capital ou en compte courant

1.    Le prêt professionnel

Le prêt professionnel est identique à un crédit accordé à un particulier. Un organisme de crédit met à la disposition de l’entreprise une somme d’argent que celle-ci devra rembourser à la banque selon un échéancier préétabli.

Les échéances de remboursement sont composées par le principal qui permet l’extinction de la dette vis-à-vis de la banque et d’intérêts dont le taux a été déterminé contractuellement au moment de la signature du prêt.

Ce crédit rentre dans la comptabilité de l’entreprise, au passif du bilan pour le montant emprunté (le principal) qui diminuera au fil des remboursements et en charge financières dans le compte de résultats pour les intérêts payés dans l’année comptable.

Le prêt professionnel est intégré aux capitaux permanents de l’entreprise qui reflètent les ressources financières dont disposent l’entreprise à long terme (à condition que le prêt soit remboursable sur plus d’un an).

2.    Leasing ou crédit-bail

Le leasing est un type de contrat de location/vente très répandu en France. En effet, la banque fait l’acquisition d’un bien qu’elle loue ensuite à l’entreprise pour une période donnée jusqu’à extinction de la dette. Le dernier loyer est généralement un surloyer qui permet à l’entreprise de faire l’acquisition du matériel et qui pourra venir à l’actif de l’entreprise pour le montant du dernier loyer. 

L’intégralité des remboursements, intérêts inclus, sont comptabilisés comme charges au poste « autres achats et charges externes » dans le compte de résultats au même titre qu’un simple contrat de location. Le matériel n’apparait donc pas à l’actif du bilan et ne fait donc pas parti des « richesses » de l’entreprise.

C’est une façon pour l’entreprise de diminuer ses dettes financières et de préserver son ratio d’endettement.

3.    Affacturage ou factoring (pour mémoire)

L’affacturage est un financement à court terme qui permet à l’entreprise de recevoir immédiatement le paiement de ses factures en les remettant à un organisme financier qui règle par avance le montant contre le paiement de différents frais et commissions. 

4.    Apport en capital ou en compte courant

C’est le moyen le plus simple pour financer une entreprise. L’augmentation de capital (émission d’actions) ou l’apport en compte courant par l’entrepreneur ou des tiers nécessitent d’avoir les fonds disponibles.

Quelle est la plus-value d’un courtier en crédit professionnel ?

Un courtier en crédit professionnel est un intermédiaire en opérations de banques et services de paiement (IOBSP). Le code monétaire et financier définit ainsi le rôle de l’IOBSP : 

« L’activité d’intermédiation en opérations de banque et en services de paiement est l’activité qui consiste à présenter, proposer ou aider à la conclusion des opérations de banque ou des services de paiement ou à effectuer tous travaux et conseils préparatoires à leur réalisation (article L.519-1 I 1er alinéa du code monétaire et financier). »

C’est donc un intermédiaire entre un ou plusieurs établissements financiers et un entrepreneur à la recherche d’un financement optimisé dans le cadre d’un projet professionnel.

Le courtier doit être immatriculé au registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (ORIAS) qui recense les personnes physiques ou morales autorisées à exercer cette activité.

Contacter les experts AGEF maintenant

Quel est le rôle du courtier en prêt professionnel ?

Son rôle est de recenser, de comparer et de faire la synthèse des offres de crédits professionnels de diverses banques en vue de les présenter à ses clients professionnels.

Il a un rôle de conseil et d’accompagnement de son client dans les différentes phases de son projet de financement :

  • réaliser les études d’enveloppe de financement
  • valider le plan de financement et la faisabilité du projet en se basant sur des éléments concrets,
  • accompagner le client lors d'un rendez-vous de présentation du projet à un établissement financier
  • comparer les offres de prêt avec un regard objectif sur les propositions reçues
  • négocier les conditions de crédit afin de diminuer le coût du financement

La rémunération du courtier

Le courtier peut être rémunéré sous forme :

  • de commission versée par l’établissement bancaire
  • d'honoraires facturés au client

Nous nous tenons à votre écoute pour vous fournir tous renseignements utiles et conseils personnalisés concernant votre projet.